Juillet/Août 2021

Expo4_E1.jpg

Au-delà de l'inconnu

Quelle forme la vie aurait-elle prise dans un monde aux propriétés physiques fondamentalement différentes de celles que nous connaissons sur terre ?

Pour répondre à cette question, il me faut commencer par déconstruire tout ce qui dans l’inconscient collectif caractérise un être vivant. Finis les yeux, les dents, les poils, les pattes, les ailes… De la forme générale aux plus petits détails de l’anatomie, tout doit être remis en question. Mon travail est de faire les liens les plus fous, de créer les formes les plus insolites, pour aboutir à la forme de vie la plus déconcertante. De mon point de vue, l'extraordinaire, au sens le plus radical du terme, est ce qui a le plus de chances d’exister dans l'espace. Car comment, au regard de la richesse de la vie sur terre, celle dans l’univers ne pourrait être autre chose que fantastique ? Notre seule planète porte sur elle centaines de milliards des formes de vie s’étant adaptés de manière extrêmement différente à leurs environnements respectifs et ce avec la plus grande sophistication. Des végétaux aux animaux en passant par les bactéries, la diversité sur terre y est formidable. Nous-même, si l’on prend du recul, sommes extrêmement étranges. Nos yeux, notre bouche, nos oreilles, nos cheveux… tant de formes complexes qui paraitraient invraisemblable pour un être venant d’un autre monde. Après tout, nous sommes en un sens des extra-terrestres, car selon la science actuelle, la matière organique à l’origine de la vie sur terre viendrait de météores s’étant écrasés dans les temps anciens. Je suis fasciné par l’idée que quelque part, enfoui au fond de nous-mêmes, nous sommes les lointains descendants de ces mondes extraordinaires.
Si tout ce qui peut être pensé peut exister, alors je suis certain que la meilleure manière pour nous de retrouver cette mémoire est l’imagination.

 

Florian Jauze