Rechercher
  • Les créatures du Lagon Noir

M. Amoureux lit Grand Platinium

Grand Platinum Anthony van den Bossche

"Louise a fondé une petite agence de communication. Elle est jeune et démarre une brillante carrière, malgré les aléas du métier, liés en particulier à son fantasque et principal client, un célèbre designer , Stan. Elle doit aussi jongler avec les fantasmes déconcertants de son amant, Vincent. Mais elle a autre chose en tête : des carpes. De splendides carpes japonaises, des Koï. Celles que son père, récemment décédé, avait réunies au cours de sa vie, en une improbable collection dispersée dans plusieurs plans d’eau de Paris. Avec son frère, elle doit ainsi assumer un étrange et précieux héritage". Anthony van den Bossche est né en 1971. Ancien journaliste (Arte, Canal +, Nova Mag, Paris Première, M6, Le Figaro) et commissaire indépendant (design contemporain), il accompagne aujourd'hui des designers, artistes et architectes. Il a publié un récit documentaire, Performance (Arléa, 2017). Grand Platinum est son premier roman."

Seuil.com


Littérature française


Romans

Fiction et Cie

Date de parution 07/01/2021

16.00 € TTC

160 pages

EAN 9782021469165


De temps à autre, nous retrouverons avec grand plaisir la critique de M. Amoureux (Jean-Pierre) à qui nous avons confié la lecture de certains titres.

Voici donc en exclusivité sa première critique :


"Le titre m'évoque l'option luxe d'une carte bleue, on a les connotations qu'on peut.

C'est en fait - l'auteur nous l'apprendra p.131 - une variété de poisson de collection, un(e) carpe-koï.

Notre érudition de salon aura auparavant été enrichie d'un savoir précieux : "carpe-koï constitue pour l'oreille nipponne un pléonasme, car koï signifie carpe (rires préenregistrées).

Il m'aura fallu une bonne heure pour, sans sauter une des 146 pages de ce "roman", me convaincre qu'aucune bonne surprise ne m'y attendait.

Une succession de clips quasiment sans suite, nous promenant à droite et à gauche, avec l'inévitable séquence "cul", pas plus corrélée au reste que des images (dont l'auteur ne semble pas mécontent) telles que p.101 "la machine (d'une péniche) ronronnant comme un mammifère à sang-froid".

Lire ça comme un cri de haine des carpes maltraitées ?

On ne saura pas, elles sont bien seules à tenir leur rôle. Si elles ont une "bouche (p.132) elles s'abstiennent de "l'ouvrir".

J.P. Amoureux


Grand Platinium est à Lagon Noir. Venez le chercher pour répondre à cette question : Et vous, qu'en pensez-vous ?







23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout